Rappel gratuit

Rénovation maison en PACA

AVANT DE RÉNOVER…UN BON DIAGNOSTIC !

La grande difficulté en rénovation, c’est d’évaluer les performances de l’habitation existante ! Parfois, on ne connaît même pas la nature exacte du bâti… Par exemple, pour les maisons en pierres, il y a plusieurs types de pierres différentes, comment toutes les évaluer ? Et comment évaluer leur état sanitaire ?

Il est donc primordial d’effectuer un bon diagnostic, le plus complet possible. Un diagnostic mauvais ou incomplet peut sous-estimer ou surestimer les travaux à effectuer, ou ne pas atteindre l’objectif initialement visé.

Les points à diagnostiquer :

Thermique : estimer les consommations énergétiques de la maison, repérer les ponts thermiques, les fuites de chaleur…

Stabilité mécanique : il s’agit d’examiner les parties porteuses de la maison, en évaluer la solidité et l’état. Ce travail, délicat et primordial, peut être mené par un charpentier ou un bureau d’étude bois.

Acoustique : repérer les zones les plus sonores…

Salubrité : il s’agit de détecter des zones humides, confinées, des moisissures ou la présence d’insectes… Un humidimètre et un poinçon sont de très bons indicateurs ! Ne jamais oublier la ventilation !

Organisation de l’espace : cette partie peut sembler plus facile, car elle semble faire appel à moins de technique et plus d’imagination. Pourtant un regard averti est essentiel pour repérer les incohérences ou améliorations possibles (gagner des pièces en divisant l’espace par des cloisons, rajouter des niveaux par un plancher ou une mezzanine…).

Esthétique : c’est la partie la plus subjective donc la plus difficile à diagnostiquer. Il s’agit de repérer des endroits trop sombres (mal éclairés, mal orientés, peints avec des couleurs foncées…), des endroits qui fatiguent le regard (décors trop chargés…), tant à l’intérieur de la maison, qu’à l’extérieur ou aux abords.

Confort : cette notion est également subjective, mais là encore un regard professionnel peut détecter des zones d’inconfort, telles qu’un escalier trop ou pas assez pentu, des combles à plafond trop bas, imaginer des passages plus directs (percer une cloison en installant une porte), amener de la luminosité en rajoutant des fenêtres…

Une approche globale des travaux

Le domaine de la rénovation nécessite donc une approche globale des travaux de façon à travailler avec d’autres corps d’état. Par exemple, bien penser en même temps les problématiques de la ventilation, du chauffage, de l’étanchéité, pour respecter la continuité thermique, ne pas détériorer l’isolation ou la reconstituer ainsi qu’assurer l’étanchéité à l’air des parois…

Ainsi, avant de réhabiliter, il est nécessaire de maîtriser les interactions entre les différents corps d’état et coordonner les différentes interventions associées et potentielles.